La copropriété : des évaluations importantes à faire

Si vous choisissez un appartement dans un immeuble en copropriété, vous devez vous préparer mentalement à des années de discussions, de questions et de débats avec les autres. Après tout, on ne peut pas toujours s’aligner sur les idées de tous.Il n’y a pas d’immeuble sur cette planète où cela n’arrive pas.

Comme vous devrez vivre de force avec d’autres personnes, veillez à choisir un bâtiment habité par des personnes qui vous faciliteront la tâche.

Voici quelques conseils importants:

  • Lorsque vous visitez l’appartement, regardez l’interphone : s’il y a des bureaux de professionnels, par exemple, cela peut être un signe positif. Attention, cependant, car s’il y a des médecins ou d’autres cabinets ouverts au public, cela pourrait amener beaucoup de monde à l’intérieur de l’immeuble, ce qui, en plus d’être gênant et de créer potentiellement des problèmes, pourrait accélérer le processus de détérioration de l’immeuble et obliger les copropriétés à dépenser davantage ;
  • Appelez l’administrateur de la copropriété et demandez si tout le monde est à jour dans le paiement des charges : si certaines personnes ne sont pas en mesure de faire face aux dépenses de la copropriété, dans le pire des cas, vous paierez plus. Vous pourriez également voir un changement rapide des copropriétés parce que ceux qui ne paient pas, tôt ou tard, est obligé de vendre et pourrait alors arriver des personnes indésirables. Un condominium où tout le monde paie est toujours idéal ;
  • Regardez bien l’état de l’immeuble : s’il a l’air mauvais, c’est qu’il n’est pas habité par des personnes avec lesquelles il sera agréable de vivre. L’administrateur est intéressé à solliciter pour faire les travaux (et dans certains cas, quand il y a des risques pour la sécurité, il est obligé par la loi) mais si ceux-ci ne sont pas faits les scénarios qui peuvent se présenter sont les suivants :
    • les copropriétés n’ont pas une bonne situation financière et n’ont pas l’argent pour les payer ;
    • l’immeuble est situé dans un quartier décadent et tout le monde veut se débarrasser de ses maisons qui se sont dévaluées ;
    • il peut y avoir des personnes à l’intérieur de l’immeuble qui ont occupé un appartement ou il y a des situations de fort malaise social ;
    • les propriétaires sont loin, ce sont des résidences secondaires dont ils ne se soucient pas, il y a une transition en cours parce qu’il y a peut-être des conflits d’héritage et des choses de ce genre.

Il s’agit de situations variées, à étudier et à essayer de comprendre : il est évident qu’une propriété située dans une zone centrale et bien entretenue n’aura aucune difficulté à se repeupler en peu de temps, tandis qu’une propriété située dans une zone déjà délabrée a plus de chances de s’effondrer ou d’être démolie si, en plus des conditions extérieures, les conditions intérieures sont également mauvaises.

Comment se protéger en achetant une maison du constructeur ?

Évidemment, ce choix comporte aussi des risques, comme celui de pertes totales ou partielles liées à l’activité de l’entreprise de construction ou la présence de coûts imprévus.

Alors, voici comment vous protéger :

  • Recherchez des informations sur l’entreprise de construction : il suffit d’avoir une liste de la Chambre de commerce, et de recueillir des informations relatives à la tendance historique, peut-être en demandant aux agents de la région quels autres bâtiments et complexes ont été construits par l’entreprise en question ;
  • Étudiez attentivement le contrat, pour savoir quels matériaux et techniques seront utilisés. N’oubliez pas de consulter la classe énergétique de votre maison et laissez-vous éventuellement guider par un technicien expert ;
  • Renseignez-vous sur les frais de gestion de la copropriété, si vous achetez une maison dans un immeuble ou une maison de ville ;
  • Établissez dès le départ la structure du contrat d’achat et de vente et les montants à verser pour régler l’acompte, les arrhes et enfin le solde final ;
  • Demandez au constructeur des garanties réelles pour vous protéger contre les imprévus : sachez que la loi vous oblige à émettre une garantie et à souscrire une police d’assurance. Je développerai ce point dans le paragraphe suivant.

Vérifiez toujours que l’état de la propriété est en bon état.

Avant de faire la proposition d’achat, il est conseillé de demander des inspections supplémentaires. Je vous suggère de vous faire accompagner d’un expert (si vous ne pensez pas en être un) qui pourra vous aider à comprendre si les systèmes de plomberie et d’électricité sont en bon état, si les fenêtres ou le bâtiment présentent des problèmes structurels qui pourraient échapper à un œil non averti. Payez plutôt une redevance de quelques centaines d’euros plutôt que de charger sur votre dos un trou de dizaines, voire de centaines de milliers d’euros de travail futur.

Demandez également toutes les données cadastrales, en vérifiant qu’il n’y a pas de problèmes : si c’est le cas, la banque ne vous accordera pas de prêt car l’enquête ne sera pas réussie.

Dernier conseil : demandez à l’administrateur de la copropriété s’il y a des travaux en cours, s’ils sont discutés et quelle est l’ambiance parmi les autres copropriétés. Il est préférable de savoir à l’avance si vous devrez faire des travaux dans 12-24 mois et sortir plus d’argent, cela peut être une arme pour négocier le prix d’achat final.

Nouvel appartement ou rénovation ?

Cette question n’est pas anodine, mais il est incontestablement vrai qu’un appartement rénové coûte moins cher. C’est également évident pour moi, car vous devez faire face à de nombreux coûts et problèmes bureaucratiques.

Mon idée est très simple : acheter un appartement à rénover ne vaut la peine que si vous êtes en mesure de superviser les travaux. Si vous avez une réelle expérience ou expertise en la matière (par exemple : vous êtes entrepreneur ou ouvrier dans le secteur de la construction, vous êtes géomètre, ingénieur ou avez une profession liée à la construction) vous pouvez certainement réaliser des économies importantes en gérant les différents professionnels entre eux.

Si vous n’êtes pas dans le secteur et que vous n’y comprenez pas grand-chose, alors le jeu n’en vaut pas la chandelle car le risque de devoir gérer des situations diverses est élevé. Le temps et l’énergie que vous devriez consacrer à la chose ne valent peut-être pas les économies économiques (en supposant que vous puissiez économiser de l’argent et que les coûts n’augmentent pas pendant les travaux) que vous pouvez réaliser.

À mon avis, il n’y a pas beaucoup d’alchimies ou de calculs : évaluez votre situation personnelle et vous trouverez immédiatement la réponse que vous cherchiez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.